Prendre le temps et sauver le dialogue // Billet d’humeur

Voyager différemment…

Chaque été, David et moi partons en road trip à l’étranger. L’occasion pour nous de vivre simplement, sans télé, sans ordi, sans toilette, sans frigo, sans quoi que ce soit pour cuisiner.

Un lit aménagé dans la voiture – très confortable malgré tout – nous suffit : nous aimons les choses simples, et le fait de voyager ensemble et dans ces conditions nous rend heureux.

roadtrip


Prendre le temps de ralentir

Ce sont trois semaines que nous passons l’un avec l’autre vingt quatre heures sur vingt quatre, à vivre à l’extérieur, peu importe la météo, sans autre point de repère que notre « lit qui roule » et l’amour de l’autre. Des journées sans horaire, sans impératif, passées à parcourir les chemins et routes selon nos envies. Le rythme de vie change, on ralentit, c’est sûr. Mais pourtant, bien souvent, on est incapables de rester deux nuits au même endroit : bouger, partir, aller voir comment c’est là-bas – quand on en a la liberté, pourquoi s’en priver ?

Et puis on trouve un endroit superbe, avec des grandes étendues d’herbe bien verte, perdu en pleine nature, où personne ne s’aventure vraiment, et on se dit qu’il faut en profiter, jouir de cette exclusivité.

Alors on reste. J’apprécie chaque seconde d’oisiveté dans un tel décor. On se surprend à rester allongés dans l’herbe quelques heures, à rêvasser, papoter, bouquiner, somnoler et finir par vraiment m’endormir. Après tout, c’est ça prendre le temps.

prendre le temps


Finalement, ce sont trois semaines que nous vivons intensément et au présent, devenues presque essentielles à nos vacances d’été. On ne se soucie de rien, si ce n’est peut-être de la jauge d’essence…

« Save talking to each other », he said.

Il y a des inconnus parfois qui s’octroient le droit de vous suggérer (sèchement) de faire ceci ou cela, alors que vous ne leur demandez rien.

Les points WiFi en road trip sont si rares, qu’on s’arrête quelques minutes quand on en trouve. Et même si, à cet instant précis, nous avions tous les deux les yeux rivés sur nos portables, nos voyages sont toujours, TOUJOURS riches en communication : nous passons des heures à parler, échanger, bavarder, refaire le monde, rire, parfois même jusqu’à en pleurer, et ce sont des moments de dialogue privilégiés.

Forts, fondamentaux et précieux.

→Voyager ainsi est formateur. On apprend à vivre (ensemble) autrement car être nomade, même pour quelques semaines, signifie se contenter de ce qui est absolument essentiel, avec simplicité et sérénité comme maîtres-mots. 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Marion

Marion

Ma cuisine est un véritable labo !

Leave a Comment

CommentLuv badge